Manifestion du 20 Fèvrier à la Kasbah, courage pour protéger la révolution

Ce matin a été bien mouvementé à la Kasbah, devant le siège de la primature, 40.000 manifestants de tunisiens se sont rassemblées appelant  au départ du  Premier Ministre Mohamed Ghannouchi et son gouvernement, bravant ainsi l’interdiction de se rassembler et casser l’état d’urgence. Ceci nous amène à féliciter le peuple tunisien pour son courage et sa bravoure à protéger leur révolution.

Le mot magique de la révolution est au rendez vous : Dégage ! Criaient des groupes de manifestants en tenant des banderoles où nous pouvons lire : “Démission du Premier ministre, Assemblée constituante, Indépendance de la justice”, “Dissolution du Parlement”, “Système parlementaire”, “La Tunisie est à nous et pas aux autres, non à l’ingérence française”.

Les protestataires scandaient que la révolution n’a abouti à rien avec le premier ministre Ghannouchi, l’équipe de Ben Ali n’a rien changé, le RCD (rassemblement constitutionnel démocratique) existe toujours même s’ils ont promis de le dissoudre après sa suspension et de plus, il essaye de semer la terreur dans le peuple. Toutefois, tous les membres du Parlement et des conseils de région ont été élus par l’ancien régime, la constitution a été réformée par l’ancien régime.

Un gouvernement qui baignait encore dans la corruption et qui ne représente en aucun cas la volonté du peuple.

Les forces de sécurité ont tiré à plusieurs reprises des coups de semonce en l’air pour disperser la foule, avant d’y renoncer tandis que deux hélicoptères militaires tournoyaient dans le ciel tandis que les manifestants sont restés sur place.

Des incidents mineurs se sont déclenchés entre manifestants et forces de l’ordre sans noter des blessés ou autres.

kasbah

Auteur de l’article : Emna B.

Responsable marketing et ergonomie, passionnée par l'écriture et les nouvelles technologie de l'information et de la communication, j'ai rejoint le navire Tixup.com au cours de sa deuxième année.

Laisser un commentaire