Le Bahreïn explose avec plusieurs morts recensés et des assauts féroces

Les 1000 dinars offerts par le roi du Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa, n’ont pas suffit pour calmer les manifestations du peuple du Bahreïn qui poursuit depuis des jours ses manifestations avec la présence d’une répression féroce par les forces de l’ordre antiémeutes bahreiniennes où nous avons pu recenser plusieurs morts le mercredi soir lors de la dispersion des manifestants qui se sont réunis au centre de Manama.

Blessé lors des manifestations au Bahreïn
Blessé lors des manifestations au Bahreïn

Les témoignages des bahreiniens se sont multipliés, les personnes qui campaient à la place de la Perle ont témoigné à des médias internationaux que les forces antiémeutes ont attaqué les protestataires subitement, faisant usage de gaz lacrymogène mais également de balles en caoutchouc et de balles à fragmentation.

L’opposition chiite a dénoncé les pratiques et la violence des forces antiémeutes, notamment la principale formation de l’opposition Al-Wefaq qui a déclaré via son porte-parole, Matar Matar, qu’“au moins cinquante personnes ont été blessées, dont au moins dix grièvement”.

Les forces de sécurité ont réussi à déloger les manifestants qui occupaient la place de la Perle depuis mardi. Cette dernière avait été renommée par les manifestants “Tahrir”, comme celle du Caire, l’épicentre du soulèvement qui a provoqué la chute de Hosni Moubarak, l’ex-président égyptien.

Des blindés prés de la place de la Perle
Des blindés prés de la place de la Perle

Ce jeudi, le gouvernement du Bahreïn a bloqué l’accès à des journalistes qui se sont retrouvés coincés dans l’aéroport et des ordres sévères ont été pris par le gouvernement, selon Mr. Nicholas Kristof, “le gouvernement a ordonné aux hôpitaux de ne plus sortir en ambulance pour évacuer les blessés”.

L’agence officielle BNA a diffusé un communiqué annonçant que le porte-parole du ministère de l’intérieur, le général Tarek al-Hassan, a affirmé que “les forces de sécurité ont évacué la place de la Perle après avoir épuisé toutes les chances de dialogue” avec les protestataires, ajoutant que “certains ont quitté les lieux d’eux-mêmes alors que d’autres ont refusé de se soumettre à la loi, ce qui a nécessité une intervention pour les disperser”. Cheikh Ali Salmane, chef de l’opposition chiite, a affirmé que l’assaut des forces de sécurité contre des manifestants à Manama aurait des conséquences “catastrophiques sur la stabilité de Bahreïn”.

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

Laisser un commentaire