Afghane soupçonnée d'adultère a été tuée par 3 balles de kalashnikov par son propre père

Afghanistan: pour venger l’honneur de la famille, un père exécute sa fille

Coupable d’avoir voulu s’enfuir avec un cousin et ainsi bafoué l'”honneur” de sa famille, un Afghan a exécuté, le 30 avril, de trois balles de kalachnikov sa propre fille, devant 300 villageois.

Cette nouvelle affaire de “crime d’honneur” en Afghanistan suscite d’autant plus l’indignation que personne n’a jusqu’ici été arrêté. 11 ans déjà après la chute du régime intégriste des talibans, tristement célèbre pour ses exécutions publiques de femmes, et le début de l’intervention occidentale.

Le chef de la police provinciale, Sharafuddin Sharaf, a déclaré à l’AFP, que Halima, originaire d’un village isolé de la province de Baghdis (nord-ouest frontalière du Turkménistan), s’était enfuie avec un cousin tandis que son mari et père de ses deux enfants se trouvait en Iran.

“Halima y est agenouillée et porte un long tchador. Un mollah prononce la prière funèbre puis son père, placé derrière elle, tire trois balles avec une kalachnikov à environ 5 mètres de distance”, a décrit une militante des droits de l’Homme de Baghdis. “Son frère vient ensuite constater sa mort et éclate en sanglots” a-t-elle ajoutée.

Afghane soupçonnée d'adultère a été tuée par 3 balles de kalashnikov par son propre père
Afghane soupçonnée d’adultère a été tuée par 3 balles de kalashnikov par son propre père

Selon la police provinciale, il n’y avait pas de témoins qui sauraient affirmer l’acte d’adultère, le mari qui était contre n’a pas pu arriver à temps pour empêcher l’exécution et le père ainsi que la famille est en fuite.

“Nous essayons de les arrêter mais c’est une zone instable jouxtant la province d’Hérat où les talibans sont actifs” a déclaré le chef de la police provinciale.

Amnesty International a de son côté déploré “Les violences contre les femmes continuent d’être endémiques en Afghanistan et ceux qui en sont responsables sont rarement traduits en justice”.

Auteur de l’article : Iheb Ab

Laisser un commentaire