Syrie

La Syrie menace de frapper les bandes armées au Liban

Les autorités syriennes ont menacé jeudi de frapper au Liban les bandes armées qui continuent de s’infiltrer en Syrie via la frontière commune pour combattre aux côtés des rebelles, a indiqué l’agence officielle Sana.

Plus de 60 000 personnes ont péri en Syrie selon l'ONU depuis le début de la révolte populaire en mars 2011
Plus de 60 000 personnes ont péri en Syrie selon l’ONU depuis le début de la révolte populaire en mars 2011

Ces dernières 36 heures, des bandes terroristes armées se sont infiltrées en grand nombre à partir du Liban en territoire syrien. Les forces syriennes se sont opposées à ces bandes et les combats sont toujours en cours, a affirmé le ministère syrien des Affaires étrangères dans une lettre adressée à son homologue libanais et reproduite par Sana.

Les forces syriennes font preuve de retenue en ne frappant pas ces bandes à l’intérieur du territoire libanais pour les empêcher de traverser en Syrie, mais cela ne durera pas indéfiniment, a-t-il averti.

La Syrie attend de la partie libanaise qu’elle n’autorise pas ces bandes à utiliser la frontière pour passer en Syrie car celles-ci nuisent à la sécurité du peuple syrien, violent la souveraineté syrienne et abusent des bonnes relations fraternelles entre nos deux pays, a-t-il ajouté.

A plusieurs reprises depuis le début du conflit en Syrie il y a deux ans, des combats impliquant l’armée syrienne ont éclaté à la frontière entre la Syrie et le Liban. L’armée syrienne a en outre dans le passé tiré des obus en territoire libanais faisant des victimes.

Le Liban, qui a connu 30 ans d’hégémonie syrienne, reste profondément divisé entre adversaires et partisans du régime de Bachar al-Assad. Des informations font état d’un soutien armé de membres du mouvement libanais Hezbollah au régime syrien et d’une aide d’islamistes libanais sunnites à la rébellion, faisant craindre un réel débordement.

Dans le nord du Liban, des jeunes habitants d’un quartier de Tripoli ont mis jeudi soir le feu à trois camions-citernes syriens transportant du mazout, après avoir battu et détenu pendant quelques heures leurs conducteurs, selon une source de sécurité.

Selon cette source et des témoins, les jeunes hommes venaient du quartier sunnite de Bab el-Tabbaneh dont les habitants sont hostiles au régime Assad, de confession alaouite, une branche du chiisme.

Ils ont inscrit avec des bombes de peinture noire sur les camions-citernes le nom du Front Al-Nosra, le groupe formé de jihadistes qui combattent aux côtés des rebelles les troupes syriennes. Ils ont également endommagé quatre autres camions.

La ville de Tripoli a été souvent le théâtre d’affrontements parfois meurtriers entre habitants sunnites et autres alaouites, la confession du président Assad.

Manifestation Syrie
Manifestation Syrie

Auteur de l’article : La Rédaction

Laisser un commentaire