Seliana

Siliana: Hamadi Jebali: Il n’y a plus de “Dégage”

Hamadi Jebali
Hamadi Jebali

Pour Hamadi Jebali, chef du gouvernement, il n’y a plus de “dégage” selon une déclaration accordée aux médias suite aux événements qui ont secoué la ville de Siliana. Le gouverneur ne dégagera pas et pour le dégager, il faut commencer par moi-même, a-t-il lancé aux journalistes.

M. Jebali a ajouté que le conflit s’était déclenché en premier lieu entre deux employés du gouvernorat de Siliana avant de se propager à l’extérieur pour se transformer en actes de pillage et destruction.

En même temps, les manifestants à Siliana scandent des slogans revendiquant leur droit à l’emploi et à la dignité.

A noter que les investissements à Siliana ont baissé de 44,5% et la création d’emplois de 66% sur la période janvier-octobre 2012 par rapport à 2011 selon l’Agence France Presse.

Les agents des forces de l’ordre ont usé de tirs de chevrotine de chasse pour pousser les manifestants à quitter les lieux et leur désarmer des projectiles et cocktails molotov qu’ils possédaient selon le ministre de l’Intérieur, Ali Larayedh. Ce dernier a déclaré sur le plateau du Journal Télévisé que les agents de police avaient le droit d’utiliser leurs armes pour se défendre précisant que la chevrotine de chasse n’a aucun effet sur une personne située à 20 mètres de la source du tir et lui causerait seulement des douleurs et des cicatrices en cas d’une courte distance.

Dans la soirée du mercredi 28 novembre 2012, la situation s’est calmée à Siliana après un deuxième jour d’affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre qui se sont faites discrètes. Des jeunes bloquent certaines routes pour empêcher la venue de renforts policiers. Quant aux syndicats, ils appellent à de nouvelles manifestations jeudi.

victime Siliana
Victime des tirs des forces de l’ordre

Auteur de l’article : La Rédaction

Laisser un commentaire