Le complot, Leila Trabelsi et Ali Seriat, contre l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali

La Tunisie a connu ces derniers jours une vague de terreur et de destruction de la part des milices (inconnues?) qui ont brûlé les commerces, tirer sur des citoyens et attaquer l’armée. Des milices entrainées à faire régner la terreur et le terrorisme, gérées par le Général de la sécurité du Leila Trabelsiprésident déchu, Zine El Abidine Ben Ali. La question qui se pose, pourquoi et comment a-t-il consacré des moyens financiers pour entrainer ces personnes?

L’histoire commence quand le général Ali Seriati a trouvé un pacte avec la femme de l’ex-président, Leila Ben Ali, un pacte qui consiste à ce que cette dernière s’empare du pays après la chute de son mari. Ces deux personnes ont alors consacré des moyens financiers pour un lavage de cerveau des membres de leur milices, un entrainement rude qui les prépares à attaquer tout ce qui bouge, brûler tous les commerces, faire sombrer le pays dans le chaos. Un plan diabolique préparé par la femme du président Mme Leila Ben Ali et le général de son époux, Ali Seriati, ces deux personnes qui viennent s’approvisionner des caisses de l’État.

Concrètement, Ali Seriati a entrainé et préparé des milices composées de personnes sans identités exactes avec l’aide financière de Mme Leila Ben Ali, cette dernière qui espère devenir la présidente de la Tunisie. Le plan consistait à ce que le clan Trabelsi convint l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali à s’éclipser pour quelques jours, en lui mentant que la foule se dirigeait vers le palais de Carthage. C’est alors que le président Ben Ali décide de quitter le pays temporairement et y revenir plus tard sans qu’il se doute du plan de son entourage.

Entre temps, le pays connaitra des événements tristes, des bombes préparées par les hommes du général Seriati, des attaques par ses milices, le peuple appellera donc son président pour organiser le tout. Dans toute cette histoire, comment Leila Trabelsi Ben Ali arrivera au règne du pays?

En effet, il n’est pas difficile pour cette femme de trouver “un médecin” qui lui donnera un certificat que le président Ben Ali n’est plus en mesure d’effectuer ses tâches de président de la république, c’est alors que sa femme entre en jeu. Les pro-Ben Ali réclameront à ce que la femme du président continuera le mandat de son mari jusqu’aux élections de 2014, chose qu’elle ne peut refuser.

2014 s’approche et les élections de même, le Parti RCD présentera son candidat, qui serait alors ce candidat “capable” de gérer un pays, ce n’est autre que la femme du président Ben Ali, cette femme réclamée par les “deux millions” partisans du Parti politique…

Pour revenir à l’histoire de la fuite du président Ben Ali, Zine El Abidine s’est dirigé, escorté par 3 hélicoptères à Malte, d’après ce qu’on raconte, tout en disant à la famille Trabelsi qui veut le rejoindre d’attendre le prochain vol, le temps que les forces spéciales militaires peuvent mettre la main sur ce clan. Autre point à ne pas négliger, la demande du président Ben Ali d’arrêter le général Seriati.

L’ex-président, Zine El Abidine Ben Ali, s’est dirigé en premier vers le sud, pour atterrir à ce qu’on raconte sur le sol libyen, pour se diriger par la suite vers Malte, suivi de la France, là où il a déposé à ce qu’il parait ses deux filles pour prendre la direction de l’un des pays du Golfe qu’il a refusé de l’accueillir. En même temps, le gouvernement américain a pu s’entretenir avec le roi de l’Arabie Saoudite en lui demandant de bien vouloir accepter le président tunisien. Finalement, l’avion du président Zine El Abidine Ben Ali a atterri sur le sol saoudien.

Complément d’enquête:

Autres points à ne pas négliger et qui peuvent appuyer l’histoire des milices composées d’autres personnes que la garde présidentielle.

Supposons que c’était la garde présidentielle qui composait ces milices, ces dernières auraient des armes qui datent de quelques années pour la simple raison que nous n’avons pas en Tunisie des problèmes présidentiels qui nécessitent le renouvellement des armes de la garde présidentielle, or, les armes retrouvées sur les personnes arrêtées datent de 2010 selon les déclarations faites. Là, on peut se dire que le coup des milices a été bien préparé et récemment organisé.

Donc, comme dit précédemment, nous n’avons pas assez de problèmes pour que l’ex-président Ben Ali demande le renouvellement des armes de sa garde présidentielle, et encore si c’était la garde présidentielle, elle aurait dissous après le retrait de leur président ou attend son affectation au nouveau, au pire, la garde présidentielle aurait dissous après l’arrestation de leur général Ali Seriati.

Autre point à ne pas oublier, il y a Bricorama à coté de l’hyper-marché Géant, ce dernier a pris feu quant à Bricorama, ça n’a pas été touché, on peut se dire ici que Mme Leila Trabelsi aurait demandé au général Seriati d’ordonner sa bande à mettre le feu à tout ce qui n’est pas relatif à la famille Trabelsi, sauf si les personnes qui ont mis feu à Géant n’ont pas remarqué que Bricorama se trouvait juste à coté. Vous vous dites qu’il y a bien les maisons de la famille Trabelsi qui ont été saccagées, oui c’est vrai mais c’est le peuple qui a saccagé ces maisons et non pas les milices.

C’est ainsi que s’achève l’hypothèse du complot qu’a pu connaitre la Tunisie…

Zine El Abidine Ben Ali, Leila Trabelsi & Ali
Zine El Abidine Ben Ali, Leila Trabelsi & Ali

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

5 commentaires sur “Le complot, Leila Trabelsi et Ali Seriat, contre l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali

    christina

    (22 janvier 2011 - 4:44)

    Une histoire qui me semble assez fantaisiste !

    Amina

    (25 janvier 2011 - 0:06)

    Très fantaisiste…

    Samir B.

    (25 janvier 2011 - 0:27)

    je trouve que l’histoire tienne debout mais j’avoue aussi qu’on ne peut conclure sans une révélation en vidéo ou sur papiers…

    ali kamoun

    (14 février 2011 - 16:44)

    non je ne suis pas d accord par ce que je connais très bien ALI SARIATI est il est en désaccord avec leila trabelsi en plus tout ce qu’on a dit a propos de lui c faut c un honorable patriote tunisien de sang blanc et rouge comme le drapeau et on a encore prouver rien contre lui alors tout est a revoir qui est la vrai personne qui a voulu vraiment faire le complot
    tous mes respect pour le générale ALI SARIATI

    sanad

    (14 février 2011 - 17:30)

    une histoir qui peut etre le senario d’un film
    1-le general sariati ete arretee a l’aouina militaire just apres le depart de zaba
    2-pourquoi ce senario ne la pas fait avant cette revolution ca serai plus logique non???
    3-dans beaucoup de jour…naux en a lu que sariati a accompagner zaba jusqu’a l’avion
    4-qcq qui fait un tel complot c qu’il a qcq chose a cacher mais lui n’on na pas puisque a part son salaire a lui ou a ces enfants il n’a rien d’autre dans domaine de besness pour avoir peur
    5-un tel complot doit avoir des complices dans la politique cad RCD alors que lui est un general donc il n’en fait pas parti de cette organisme pourri
    6-et enfin sariati est un homme d’honneur il ne trahira jamais son presidentSee More

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.