Moncef Marzouki

Et si l’affaire de Baghdadi al-Mahmoudi est une mise en scène?

Al Baghdadi Al-Mahmoudi
Al Baghdadi Al-Mahmoudi

Après l’extradition de l’ancien premier ministre de Kadhafi, Baghdadi al-Mahmoudi, l’opinion internationale s’est embrasée contre une action jugée peu réfléchie et mettant la vie d’un homme en danger.

En effet, plusieurs journaux titraient leurs Unes “Extradition d’al-Mahmoudi: un point noir pour la révolution tunisienne“. D’autres appelaient le président provisoire de la République, Moncef Marzouki, à démissionner en protestation à un agissement unilatéral du chef du Gouvernement qui a préféré livrer Baghdadi al-Mahmoudi à la Libye sans un consensus entre les trois présidences.

Lors de son extradition, Baghdadi al-Mahmoudi a été livré à la Garde Nationale, selon des témoignages libyens. La Garde Nationale serait sous le commandement de Abdelhakim Belhaj, connu pour sa position partisane au Qatar. Les libyens se demandent également pourquoi al-Mahmoudi n’a pas été livré au ministère libyen de l’Intérieur pour être incarcéré dans les prisons du ministère. Une autre question qui se pose, à qui Baghdadi al-Mahmoudi a été livré en Libye ?

Un bras de fer entre Moncef Marzouki et Hamadi Jebali ?

Auparavant, M. Marzouki a déclaré que Baghdadi al-Mahmoudi ne pourrait être livré à la Libye qu’après les élections et la garantie d’un procès équitable. Chose qui n’a pas plu au chef du Gouvernement, Hamadi Jebali, qui a indiqué qu’al-Mahmoudi sera livré à la Libye avec ou sans la signature du Président de la République. Un bras de fer qui a été remporté par M. Jebali.

Peu de temps après l’extradition de Baghdadi al-Mahmoudi, la Présidence de la République condamne cet acte et indique que l’affaire sera portée devant l’Assemblée Nationale Constituante puisque Hamadi Jebali a transgressé la loi en décidant, seul, de l’extradition.

La tête de Baghdadi al-Mahmoudi évaluée à 200 millions de dollars

La semaine dernière, des ministres libyens ont rendu visite à la Tunisie. Une visite au cours de laquelle plusieurs accords de coopération ont été conclus dont un financement libyen de 200 millions de dollars. La tête d’al-Mahmoudi serait-elle la seule condition donnant accès à l’octroi de ce financement ?

Une troïka vouée à l’échec ?

L’affaire exprime encore une fois la fragilité de la troïka, composée de trois parties divergentes avec des idéologies différentes, vouée à l’échec depuis sa constitution après les élections du 23 octobre 2011, selon plusieurs. Et on se rappelle des différentes menaces de démission, notamment de la part de Mohamed Abbou (Lire notre article Mohamed Abbou menace de quitter le gouvernement), ministre chargé de la Réforme administrative.

La tension monte. La troïka passe par un cycle de vie critique. Mais si toute cette affaire n’est qu’une mise en scène ?

Moncef Marzouki - Hamadi Jebali
Moncef Marzouki – Hamadi Jebali

Auteur de l’article : La Rédaction

Laisser un commentaire