Moncef Marzouki

Moncef Marzouki accuse des éléments de l’extrême gauche

Lors d’un entretien avec la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera, le président de la République, Moncef Marzouki n’a pas hésité à pointer du doigt certains éléments de l’extrême gauche et restes de l’ancien régime.

Il a accusé ces éléments d’être derrière la multiplication des grèves et des sit-ins ajoutant qu’ils exploitent illégalement les revendications des classes populaires et des régions défavorisées pour essayer de perturber la situation du pays et déstabiliser l’économie.

M. Marzouki a exprimé également son opposition au recours à la force pour mettre fins aux sit-ins recommandant en même temps le dialogue et les moyens pacifiques pour rétablir la confiance et le calme dans le pays. “Je suis pour le dialogue avec les manifestants, sans l’usage de la force”, a-t-il indiqué.

Moncef Marzouki
Moncef Marzouki accuse des éléments de l'extrême gauche

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

3 commentaires sur “Moncef Marzouki accuse des éléments de l’extrême gauche

    Gil

    (20 janvier 2012 - 21:54)

    Apparemment, les Tunisiens confondent entre la droite et la gauche,si je peux être utile, je rappelle que le système de Ben Ali était un libéralisme sauvage où les ouvriers,les employés n’ont aucun droit comparaison aux pays occidentales. Sous le dictateur,en Tunisie le patron employeur est roi, décide bon lui semble, embaucher ou licencie, des salaires très bas, des droits sociaux inexistants. La droite en général c’est le patronna,des magistrats bref la profession libérale,mais aussi des vrais responsables et des chefs d’entreprises qui respectent leurs employés
    Alors, que la gauche, ce sont les ouvriers,les syndicats dans le but est de défendre les intérêts des ouvriers,soutenu par des professions libérales et des intellectuelles en bref voilà la gauche.

    Gil

    (20 janvier 2012 - 21:59)

    Apparemment, les Tunisiens confondent entre la droite et la gauche,si je peux être utile, je rappelle que le système de Ben Ali était un libéralisme sauvage où les ouvriers,les employés n’ont aucun droit comparaison aux pays occidentaux. Sous le dictateur,en Tunisie le patron employeur est roi, décide bon lui semble, embaucher ou licencie, des salaires très bas, des droits sociaux inexistants. La droite en général c’est le patronna,des magistrats bref la profession libérale,mais aussi des vrais responsables et des chefs d’entreprises qui respectent leurs employés
    Alors, que la gauche, ce sont les ouvriers,les syndicats dans le but est de défendre les intérêts des ouvriers,soutenu par des professions libérales et des intellectuelles en bref voilà la gauche.

    CHLAF

    (21 janvier 2012 - 16:10)

    Les conducteurs d’auto de Tunisie, dépassés en cela par les Libyens, ont quelques problèmes avec la droite et la gauche … et les priorités. signé: un tunisien, zémigré

Laisser un commentaire