Zine El Abidine Ben Ali

Ben Ali de retour en Tunisie si la justice arrête de se venger

Dans la deuxième partie de l’interview (indirecte) de l’ancien président, Zine El Abidine Ben Ali, accordée par l’intermédiaire de son avocat, Me Akram Azouri, au quotidien Attounissia, l’ancien président nie encore une fois la détention d’argent en dinar tunisien et en devise que la Commission d’investigation sur les affaires de malversation et de corruption avait dévoilé aux médias le 19 février 2011, indiquant que ce ne sont que des accusations qui lui ont été assignées pour jouer sur sa crédibilité.

Me Akram AzouriUne autre affaire qui a resurgit il y a peu de temps concernant des actes de torture, connu sous le nom de l’affaire de Barakat Essahel, Ben Ali a indiqué que les déclarations de Abdallah kallel sont infondées et lui ont été extorquées de force. Notons que Abdallah Kallel a avoué que Ben Ali était le responsable et donnait seul les ordres de torture dans cette affaire.

En ce qui concerne les agissements des membres de sa belle-famille, Zine El Abidine Ben Ali a déclaré qu’il ne pouvait être au courant de toutes leurs magouilles et qu’il ne s’est jamais intervenu en faveur de l’un d’eux tout en précisant qu’il n’a accordé d’avantage à personne. Il a rejeté également la responsabilité sur les hauts cadres des ministères impliqués dans ces affaires, notamment en ce qui concerne les affaires d’immobilier et de changement des types des titres fonciers.

Par ailleurs, l’ancien président indiqué que contrairement à ce que les médias racontent, il y avait en Tunisie 7 partis politiques dont 3 radicaux ajoutant qu’aucune décision n’a été prise de façon personnelle mais elles étaient toutes discutées au sein des réunions ministérielles.

Interrogé s’il devait s’excuser pour le peuple tunisien, Ben Ali n’a pas voulu répondre à cette question.

Quant à un retour imminent en Tunisie pour comparaitre devant la justice, Me Akram Azouri a déclaré que son client reviendra seulement si la justice sera indépendante, équitable et garantira les droits des individus. Il a précisé que la justice, actuellement en place, ne fait que régler des comptes avec l’ancien régime et ses procès sont purement des procès politiques.

Pour les rumeurs qui annoncent que l’ancien président a divorcé, il n’a pas voulu répondre s’il est encore avec sa femme, Leila Trabelsi, ou non se contentant d’un silence. Même réponse quant à ses messages aux actuels leaders politiques dont Moncef Marzouki, Mustapha Ben Jaafar et Rached Ghannouchi.

Zine El Abidine Ben Ali
Zine El Abidine Ben Ali

Auteur de l’article : Ghaith J.

Manager Général du portail Tixup.com et directeur de la publication, passionné par les nouvelles médias, je prends part à l'aventure Tixup depuis la naissance du site.

2 commentaires sur “Ben Ali de retour en Tunisie si la justice arrête de se venger

    NAWEL

    (16 janvier 2012 - 12:16)

    la chute de Ben Ali ,ça veut dire que la justice devenue libre;
    puisque il parle de justice ,en effet ben ali doit se jugué en tunisie et devant le peuple tunisien

    avocat divorce

    (23 janvier 2012 - 13:54)

    Ce n’est pas étonnant qu’il ne reconnaît pas détenir l’argent qu’on lui réclame, il n’a aucun intérêt à se dénoncer.

Laisser un commentaire