Impôts : les dates à connaître pour les déclarations, paiements et réclamations

Avec l’entrée en vigueur du nouveau système d’impôts, tout change !

Entre la taxation des salaires, les gains liés à l’épargne et autres revenus fonciers, toutes les dates se veulent différentes. Retour sur les dates à connaître pour les déclarations, paiements et autres réclamations

Avec la nouvelle réforme, il conviendra de surveiller à chaque instant, les échéances et le compte en banque. En utilisant un exemple de BNP Paribas Banque, il sera plus facile de tout mettre en avant. Ici, l’on utilisera comme exemple, un salarié prélevé à 27 % (sur un salaire de 100 000 euros), possédant des revenus fonciers de 10 000 euros chaque année. Et détenant des obligations rapportant 1 000 euros annuellement. De plus, il possède un portefeuille boursier qui rapporte 1 500 euros de dividendes. Et il va retirer 20 000 euros de plus-value. Au début d’année, place à la retenue à la source sur salaire. Chaque fin de mois, il sera donc déduit de 2 250 euros. Toujours en début d’année, il sera question d’un prélèvement de 225 euros sur les revenus fonciers. Ainsi que les prélèvements sociaux, pour 143 euros. Et tous les mois ce sera la même chose.

À surveiller chaque année

De février à mai, pas de différences supplémentaires. À noter qu’en mai, la déclaration des revenus de l’année précédente arrive. Les revenus du capital, quant à eux, se veulent directement taxés lors du versement. Avec un acompte prélevé directement par l’établissement financier. Et à un taux de 12,8 %. Cependant, les plus-values boursières sont à prendre en compte l’année suivante. Pour ne rien arranger, s’il est question d’une soumission des coupons, de dividendes et de plus-values au barème de l’impôt, il sera possible de déduire une partie de la CSG. Mais une partie de la CSG de l’année suivante. Le fisc calculera et mentionnera les montants.



Auteur de l’article : Chris