Comment faire opposition à un chèque ?

Dans les faits, il faut noter qu’une opposition à un chèque permet à un usager, d’interdire à la banque de procéder au paiement de ce dernier.

Avant d’aller plus loin, il sera bon de souligner ; ou de rappeler, que seul le titulaire du compte peut s’opposer au paiement d’un chèque. Ou, à défaut, le co-titulaire ou le mandataire ; et il est question d’interdire tous les chèques bancaires.

Une fois la perte (ou le vol) d’un ou plusieurs chèques constatée, l’usager pourra faire opposition à l’encaissement. Mais il convient de respecter plusieurs étapes. À commencer donc par prévenir l’agence bancaire par téléphone. Dans les heures qui suivent et en mentionnant, si possible, les numéros des chèques. Si l’agence n’est pas ouverte, il est possible de passer par le Centre national d’appel des chèques perdus ou volés. 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (08 92 68 32 08). Il convient ensuite de se rendre au commissariat ou à la gendarmerie le même jour (ou le lendemain), afin de porter plainte ou effectuer une déclaration de perte. Durant les 48 heures qui suivent l’opposition téléphonique, l’usager se doit de confirmer l’opposition par écrit. Ici, il est alors question d’écrire un courrier avec AR à la banque, tout en y joignant le double de la plainte ou de la déclaration de perte. S’il n’y a pas de confirmation écrite dans les 48 heures, l’opposition sera levée.

Les conséquences d’une opposition

Dans les faits, la moindre opposition entraîne l’inscription dans le fichier national des chèques irréguliers. Dès lors que la banque estime que l’opposition est fondée, l’encaissement du chèque sera bloqué. Et le compte de l’usager ne sera donc pas débité. En revanche, et si l’opposition n’est pas justifiée, la banque désinscrira cette opposition et le chèque, une fois présenté, sera bien débité.



Auteur de l’article : Chris