Epargnants : ce que change le prélèvement à la source en 2019

Bien que le gouvernement ait un peu hésité, le prélèvement à la source arrive bien pour le début d’année 2019.

Dans les faits, le prélèvement à la source en 2019 touche bien tout le monde, épargnants y compris. Il convient donc de découvrir ce que change le prélèvement à la source, et ce qu’il faut faire pour s’y préparer.

Avant tout, il convient de souligner que tous les investisseurs immobiliers qui bénéficient d’avantages fiscaux recevront un acompte en janvier. Un deuxième en août. Tout comme les particuliers employeurs. À noter que cet avantage est calculé en fonction de la déclaration de 2017. Si investissement il y a en 2018, une avance de trésorerie est à prévoir en 2019. Avant de percevoir un premier acompte en 2020. Toutefois, il convient de souligner que le prélèvement à la source offre quelques opportunités pour les épargnants. Et il est possible de noter l’intérêt de maximiser le déficit foncier d’un investissement immobilier. En effet, le propriétaire effectuant des travaux dans un bien locatif imputera 100 % des dépenses sur les revenus fonciers 2018.

Un report à la prochaine année

Il convient aussi de souligner qu’il vaut mieux reporter les versements sur plans d’épargne à l’an prochain. Notamment sur les plans d’épargne retraite populaire et autres contrats Madelin. En effet, les revenus de 2018 ne sont pas imposés et la déduction fiscale ne représente donc pas d’intérêt. Exception faite d’arrivée de revenus non prévus. De ces revenus, l’épargnant pourra déduire la somme qui correspond à l’avantage fiscal des deux dispositifs cités plus haut. Des opportunités de placements sont donc toujours à l’ordre du jour. Et ce, malgré les règles d’anti-optimisation fiscale mises en place.

Auteur de l’article : Chris