Prélèvement à la source : 3 impacts sur l’immobilier

Le prélèvement à la source va changer quelques petites choses du côté de l’immobilier.

Dès le 1er janvier 2019, le prélèvement à la source sera en place pour les foyers Français. Et cette nouvelle réforme impactera crédits, investissements immobiliers, et revenus fonciers ; retour sur les changements à venir.

Le crédit immobilier

Les impôts sont directement déduits du salaire ; voilà le premier point à retenir de ce prélèvement à la source. Cela implique donc que les banques ne prenant pas en compte les impôts, verra une capacité d’emprunt réduite. Les banques voudront-elles, alors, augmenter le taux d’endettement de 33 % pour les crédits immobilier ? Cécile Roquelaure, d’Empruntis, courtier immobilier, souligne que «Les banques ne vont pas aller à l’encontre des efforts qu’elles font pour augmenter leur part de marché en crédit immobilier et gagner de nouveaux clients».

L’investissement Pinel

Tous les investisseurs qui bénéficient d’un avantage fiscal (comme Pinel), pourront bénéficier d’une avance de trésorerie de 60 % dès le 15 janvier. Et ce, sur la base de la situation fiscale de l’année précédente. Dans les faits, cela apparaît donc comme une bonne nouvelle pour les investisseurs. Avant cette réforme, c’était au contribuable d’avancer la réduction d’impôts avant d’être remboursé en septembre. C’est l’État qui, maintenant, avance l’argent.

Le déficit foncier

Le meilleur moment pour réaliser des travaux en tant que propriétaire ? Très clairement avant la mise en place du prélèvement à la source. En effet, les déductions de travaux réalisés en 2018 permettent des avantages fiscaux. Une fois le prélèvement à la source mis en place, c’est la moyenne des dépenses supportées sur 2018 et 2019 qui sera prise en compte. Et cela sera moins avantageux.

Auteur de l’article : Chris