[Chronique] Sfax… en convalescence

Qui n’a jamais rêvé d’un japon, en Tunisie ? Qui n’a jamais présenté les sfaxiens, à des étrangers, comme les japonais de la Tunisie ? Qui de nos expatriés sfaxiens ne voudrait pas revenir avec son capital financier et intellectuel pour en faire bénéficier sa région et son pays ???

Est venu le jour où nos rêves pourront s’exhausser.

SfaxMais, avant tout, nous devons bien nous positionner : « où en est notre économie ? » et ne pas oublier le sociale et l’environnemental pour couvrir le durable.

Quelles sont les tendances qui se profilent ? Quelles sont les prévisions sur les mesures déployées par le gouvernement actuel et institutions financières afin de mettre fin à la crise que vit Sfax ?

Ne cherchons plus à faire de la politique. Nous avons toujours essayé de le faire et nous avons toujours échoué. Alors laissons tomber et consacrons nous aux domaines dans lesquels nous avons excellé, nous excellons et nous excellerons toujours : le commerce et l’économie, piliers du pays.

Sfax n’est même pas en période de reprise, elle est plutôt en convalescence. Interdite de développement depuis deux décennies, délaissée par la majeure partie de ses citoyens, cadres et hommes d’affaires, Sfax essaie maintenant de survivre à la crise que connait le pays via l’initiative de gens jaloux qui ne veulent que du bien à leur région.

Plusieurs secteurs essayent de faire du progrès mais ne sont pas encore tirés d’affaire. Œuvrons ensemble à améliorer notre situation.

Les nouveaux projets vont améliorer les taux de croissance et dans ce cas, les marchés de l’emploi et des valeurs se dresseront plus rapidement. Le revenu et le pouvoir d’achat des consommateurs s’amélioreront entrainant des dépenses plus importantes… A l’issue de cette crise, les investissements directs étrangers devraient revenir à une situation plus traditionnelle.

Le ralentissement actuel de la croissance économique de Sfax nous pousse à revenir à l’essentiel. Nous devons comprendre ce qui permet de gagner de l’argent aujourd’hui et comment créer des opportunités de croissance pour l’avenir.

Aujourd’hui, il est essentiel et indispensable que tous les acteurs trouvent de nouvelles façons de se développer. Nos entreprises connaissent des jours difficiles par manque d’innovation. Seules les entreprises innovantes s’imposeront, les autres se feront dépasser.

Le postulat de DARWIN qui disait que l’ancêtre de l’homme c’est le singe viens d’être abolie mais une théorie plus intéressante qu’il a énoncé se trouve d’actualité pour notre état actuel. Darwin a avancé que l’espèce qui survit n’est pas la plus forte, ni la plus intelligente, mais celle qui s’adapte le mieux au changement… et c’est dans le monde de l’entreprise que ce raisonnement se justifie le plus.

Dans un monde en perpétuelle évolution, la bonne démarche pour une entreprise est d’innover un peu plus chaque jour. Il serait regrettable d’écarter un projet après un essai peu concluant car, le concurrent, de son côté, le mènera à bien tôt ou tard.

Il appartient donc aux entreprises de motiver leurs équipes et de les pousser à se poser cette question : « que pouvons nous améliorer, aujourd’hui ? » C’est avec cette mentalité que notre région continuera à progresser et à développer pour gagner en productivité.

Réagissons à la crise avec souplesse, nous parviendrons à préserver et créer des emplois et à profiter d’opportunités de croissance externe, tout en préparant l’avenir grâce à une R&D renforcée.

Auteur de l’article : Karim Amous

Diplômé d’une grande école française et fort d’une bonne expérience professionnelle, Karim AMOUS souhaite apporter son soutien à tout entrepreneur qui voudrait frôler le milieu professionnel en pilotant sa propre firme. Cet objectif est atteint via la création de son propre cabinet d’études et conseils et assistance à l’entreprise, SMARTECO.

4 commentaires sur “[Chronique] Sfax… en convalescence

    Jawhar

    (4 août 2011 - 9:21)

    Mon avis c’est de commencer à instaurer la culture « Sfax est une ville touristique ». les Sfaxien sont des bons vivants un port touristique semblable à celui d’ El Kantaoui va forcément encourager les investissements dans le secteur touristique

    Ayari Nabil

    (25 août 2011 - 18:46)

    de belle parole pour du concret virtuelle la faim suffit à elle même il faudrais
    tout d’abord un pays stable se qui n’est pas le cas des dirigeants honnêtes se
    qui n’est pas le cas (vous dite ne cherchons pas a faire de la politique)
    mais mon cher ou ma chère sans politique stable il n’y a pas d’économie stable
    alors arrété de dire ils ne faut pas se mélaient de la politique de qui se fou
    t’on ne soyé pas plus bête que votre article
    PS; signé vos article nayé pas peur vous ête libre
    (Ayari Nabil)

    Hedi Kamoun

    (1 septembre 2011 - 23:16)

    A mon avis, la premiére chose à faire c’est de revoir l’histoire de Sfax pour comprendre les raisons qui l’on mener à cette situation. La situation n’est pas seulement la pollution ou un délaissement de la part du gouvernement, c’est bien plus large que ça. Il y a trés peu de Tunisien qui ont une image positive ou réelle de ce que c’est un Sfaxien ou de ce que représente Sfax à l’échelle de la Tunisie. Aussi, faut-t-il rappeler que les Sfaxiens de deuxième génération qui vivent à Tunis ou à Sousse n’aiment pas Sfax et n’éprouvent aucun attachement à leur région d’origine parceque il n’ont pas grandi avec les valeurs Sfaxiennes la ou ils sont nés. La situation est pire que ce qui a été décrit dans cet article et la solution pour s’en sortir demande bien plus d’effort et de mobilisation. Il faut avant tout sensibiliser les gens à l’échelle nationale sur la situation de Sfax et faire connaitre Sfax, comme tout entrepreneur intelligent qui veux faire connaitre son entreprise ou son produit.

    Sonia cheikhrouhou

    (8 novembre 2011 - 9:16)

    je suis tout à fait d’accord avec Mr. Kammoun!! beaucoup de sfaxiens qui sont nés à Tunis (vu mon entourage) ne peuvent plus penser à vivre à sfax même après la retraite?!! la comparaison entre vivre dans la capitale et vivre dans la ville originaire est toujours à l’avantage de la première…

    hélas, il est bien temps d’encourager les jeunes sfaxiens à chérir les valeurs, les traditions, et les liens avec l’aide de la famille et surtout des investisseurs..

    3achet Tounes!! w kol trab fiha min ichamel lil janoub!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.