Remontée contre moi-même, le peuple et l’apathie

Le texte ci-dessous est “une chronique” mentionnant l’avis personnel de son auteur, nous tenons à le préciser pour garder la neutralité du site qui n’est qu’un média électronique qui respecte l’éthique de tout média journalistique.

Voilà, c’est fait, le premier ministre intègre qui a assumé la responsabilité et le fardeau de conduire à bon port ce navire chancelant qu’a été le gouvernement provisoire pour quelques semaines a quitté le commandement. Et comment !

Mr Mohamed Ghannouchi : ex-Premier Ministre tunisien
Mr Mohamed Ghannouchi : ex-Premier Ministre tunisien

Ce fût, visiblement, avec une grande amertume. Une décision qui a choqué plus d’un et a laissé à la dérive tout un peuple. Un peuple berné, à  qui on a fait croire qu’il savait ce qu’il voulait comme d’habitude au nom d’une toute nouvelle liberté. Une liberté qu’il s’approprie tant bien que mal parce que finalement l’usage qu’il en fait est méprisant.

Voici un peuple qui a voulu imposer son opinion dans la confusion, l’anarchie et une absence totale de discernement. Un peuple ivre mais encore assoiffé qui cherche un je ne sais quoi de démocratie.

Je suis consternée et totalement déçue. Je ne crois pas que nous sommes suffisamment matures parce qu’on se laisse faire. Je ne crois pas que nous sommes capables de nous en sortir parce que nous sommes naïfs. Naïfs au point de crier à tout bout de champ des slogans épuisés. Naïfs au point de s’engager dans des débats stériles et parfaitement infructueux. Et naïfs parce que nous sommes et resterons passifs. Parce que tout le monde donne son opinion à tort ou à raison sans peser véritablement la portée de ses propos.

J’ai toujours étais une « pro-Ghannouchi », j’y ai cru mais je n’ai rien fais pour que ça continue. J’ai cru que l’institution dans sa suprématie pouvait résister pour le bien de tous. Mais non. J’ai été naïve de croire que ça pouvait se faire contre vents et marrées. Non pas que toutes les histoires aient une bonne fin, mais j’espère que nous aboutirons, tout de même, pourvu que nous disposions d’un commandement digne de ce nom.

Auteur de l’article : AsmaG

Une chroniqueuse avec un esprit critiquant, je contribue à la vie du site avec une touche 100% féminine.

Laisser un commentaire