Il était une fois les deux sexes

égalité - Homme FemmeLes femmes cherchent inlassablement à se voir procurer des droits dont elles se sont toujours senties dépourvues. Elles perpétuent un principe de défense qui s’est installé à mesure qu’elles découvrent d’une certaine manière ce qu’elles auraient pu avoir ou ce qu’elles pourraient obtenir : l’égalité.

Mais que sous-entend réellement l’égalité des sexes ? Est-ce réellement un avantage dont une femme ne s’en passerait pas ? Est-ce la garantie de bien être tant revendiquée ou bien c’est la lourde tâche à assumer qui pèse gros sur ses moindres faits et gestes, carrière à entreprendre, ou arbitrage entre vie privée et vie publique ?

Aujourd’hui, il n’est plus question de chercher à obtenir voire arracher une place à la femme comme pilier, plus second, de la société. Cela ne suggère en aucun cas une négligence des efforts que déploient encore des combattantes pour des moindres droits dans certaines régions du monde. Toujours est-il que les acquis sont un fait. La femme a de quoi être fière grâce à des personnes qui se sont défoncées pour obtenir ces droits, et garantir ces libertés dont elles jouissent, que, jadis ne pouvaient qu’être chimères.

La vrai question qui se pose ; maintenant est quelle est la véritable place de la femme dans la société contemporaine avec le statut qui lui est réservé ?

Elle travaille, côtoie son homologue homme et dispose d’autant de privilèges si ce n’est plus. Elle a eu besoin de se libérer de se sentir l’égale de l’homme, son, éternel rival. C’est la guerre qui s’est installée entre les deux. Détenir les mêmes pièces en main et jouer des mêmes règles engendre une confrontation régulière et une approche vis-à-vis des mêmes situations plus ou moins similaires. Finalement, le caractère homme ou femme n’intervient plus, il devient totalement obsolète. Ce qui fait de la femme, techniquement, l’égal de l’homme sauf qu’en réalité ce qu’elle sacrifie pour parvenir à cette fin n’est des moindres. D’abord, assumer et porter le poids de ses acquis rien qu’en se devant d’être à la hauteur de sa tâche. Elle est, aussi, redevable à une société qui exige d’elle qu’elle soit autant une femme complète, si j’ose dire, qu’un membre de la société.

Pour ce faire, elle restera l’éternel deuxième pilier de la société quelques soient les statuts auxquels elle s’apparente, car lourde est la tâche qu’elle s’est imposée en essayant de se créer un monde meilleur, un monde qui ne changera pas même si les apparences en disent autrement.

Auteur de l’article : AsmaG

Une chroniqueuse avec un esprit critiquant, je contribue à la vie du site avec une touche 100% féminine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.