République Centrafricaine : La fuite des commerçants face à la recrudescence des violences plonge le pays dans une crise alimentaire majeure

Agence-Presse // 11 February 2014 

LIENS SPONSORISES
PHOTO DE République Centrafricaine : La fuite des commerçants face à la recrudescence des violences plonge le pays dans une crise alimentaire majeure
LIENS SPONSORISES
BANGUI, République Centrafricaine, 11 février 2014/African Press Organization (APO)/ -- Aujourd'hui, les violences en République Centrafricaine, notamment dirigées contre les grands commerçants et les éleveurs, font craindre une crise alimentaire majeure, préviennent plusieurs organisations humanitaires.

La majorité du commerce alimentaire de Bangui dépend de 40 grands grossistes qui importent des denrées des pays voisins et les revendent aux détaillants. Une enquête menée par Action contre la Faim et Oxfam montre que moins de 10 importateurs restent à Bangui et qu'ils pourraient partir si les conditions de sécurité ne s'améliorent pas dans un avenir proche.

Fait aggravant, 96 % des paysans n'ont pas accès aux semences selon une estimation des Nations unies, malgré le démarrage de la principale saison agricole dans moins d'un mois. Avec de mauvaises récoltes, la crise actuelle va se détériorer et durera toute l'année.

90 % de la population ne mange qu'une fois par jour, d'après une estimation des Nations unies, et la situation risque d'empirer selon Action contre la Faim, International Medical Corps, Mercy Corps, Oxfam et Tearfund.

Selon Franck Lepaul, directeur pays d'Action contre la Faim en République Centrafricaine, « le suivi des prix réalisé par Action contre la Faim montre que les coûts des denrées de première nécessité, telles que le manioc et l'arachide, ont déjà augmenté. Le manioc a augmenté de 20 % depuis novembre. Les grossistes ont également signalé une diminution des ventes de 85 à 95 % au cours des deux derniers mois en raison de la baisse des revenus des populations et de l'augmentation des prix. Compte tenu de la fuite des éleveurs, la viande a disparu de bien des étals de Bangui et, quand il y en a, elle est deux fois plus chère ».

Pour Philippe Conraud, directeur pays d'Oxfam en République Centrafricaine : « l'absence prolongée des grossistes serait catastrophique. Elle conduirait à une pénurie des denrées de première nécessité et à une très forte inflation. La violence et l'insécurité poussent les gens à quitter le pays, mais empêcheront également la nourriture d'y entrer. Les familles ne pourront plus trouver de quoi se nourrir. La RCA sera comme en état de siège. La plupart de celles et ceux qui ont fui les attaques de Bangui sont les piliers de l'économie locale. Si les rares grands commerçants qui restent ne sont pas protégés, les conséquences seront désastreuses ».

Des centaines de camions transportant de la nourriture restent bloqués à la frontière camerounaise, car les chauffeurs craignent d'être attaqués par des groupes armés.

Dans l'un des marchés désertés de Bangui, sur 37 vendeurs d'arachide seuls trois sont encore là. « Tout le monde est parti, parce qu'il n'y a pas de sécurité. Avant il y avait jusqu'à 1 000 sacs dans l'entrepôt, maintenant, il n'y en a plus. J'ai déjà envoyé ma femme et mes enfants au Tchad. Dès que je vends ce qui me reste, je pars aussi », témoigne l'un d'entre eux.

« Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour sauver les prochaines récoltes, mais la réalité est qu'elles seront inévitablement faibles », déplore Christopher Rae, chef de l'équipe d'intervention d'urgence d'International Medical Corps. Cela ne fera qu'approfondir et prolonger la crise actuelle. Nous devons donc à la fois renforcer l'aide d'urgence aux familles affectées et préparer une réponse plus soutenue pour l'année à venir ».

Selon les Nations unies, 1,3 million de personnes ont déjà besoin d'une assistance alimentaire immédiate, d'après une évaluation menée dans les régions de Bangui et du Nord-Ouest. L'Organisation internationale pour les migrations a récemment estimé que 838 000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays (dont 414 000 à Bangui) depuis le début du mois de décembre 2013. De plus, 245 000 centrafricains et 31 000 ressortissants d'autres pays ont fui le pays.

Voir aussi:

Réseaux Sociaux

Tixup.com est, depuis 2007, une référence du web en Tunisie et dans certains pays francophones. Fort de son succès dans le milieu estudiantin, Tixup.com s'est orienté vers une population jeune d'étudiants et chefs d'entreprises avec l'actualité en Tunisie et de part du monde (France, Belgique, Canada, Maroc, Algérie).
Proposant une panoplie de services et ressources, le portail, tunisien à la base, s'est converti en premier lieu pour toucher le grand maghreb et par la suite, il s'est internationalisé avec des visiteurs et des membres de la France, la Belgique, le Canada et d'autres pays.
Finalement, Tixup.com a su s'imposer pour devenir une référence sur le web et est continuellment en évolution pour proposer de nouveaux services et ressources (vidéos, photos, guide de voyage, petites annonces, etc.)