Centrafrique : Faire face à l’afflux de personnes déplacées à Bossangoa

Agence-Presse // 12 December 2013 

LIENS SPONSORISES
PHOTO DE Centrafrique : Faire face à l’afflux de personnes déplacées à Bossangoa
LIENS SPONSORISES
PARIS, France, 12 décembre 2013/African Press Organization (APO)/ -- 40 000 déplacés chrétiens autour de l'archevêché, près de 7000 musulmans à l'école Liberté, la ville de Bossangoa en Centrafrique fait face à de nouveaux besoins humanitaires dus aux affrontements de ces derniers jours. Ils s'ajoutent à la crise humanitaire majeure que connait Bossangoa depuis plusieurs mois. Face à cette situation Action contre la Faim intensifie ses activités, notamment en termes d'accès à l'eau et l'assainissement dans les camps de déplacés.


Deux sites regroupent aujourd'hui la plus grande partie de personnes déplacées à Bossangoa, la grande ville du Nord-Ouest à 300 km de Bangui. Saisis par la terreur des affrontements et des exactions qui ont éclaboussés la ville et sa région, les déplacés tentent de trouver refuge dans les deux camps de fortune de la ville. Spontanément et par vague depuis 2 mois, 40 000 chrétiens de Bossangoa et des villages alentours se sont rassemblés autour de l'archevêché de la ville, entassées sur seulement 4 hectares. Plus loin dans la ville, les familles musulmanes affluent vers le site de l'école Liberté depuis 6 jours. Avant le pic de violence du 5 décembre, ils étaient 1600. En quelques jours, toute la communauté musulmane de la ville a fui vers le site, multipliant par 4 sa population. Les déplacés cherchent protection et assistance dans ces camps de fortune où seules les organisations humanitaires comme Action contre la Faim interviennent.


« On ne reconnait plus le camp Liberté » s'inquiète Alexis Ottenwalter, Responsable Terrain pour Action contre la Faim à Bossangoa « Il y a deux semaines encore, nos équipes y travaillaient : c'était un camp 'facile' avec assez peu d'activités. Aujourd'hui, après les combats qui ont fait rage et l'afflux massif de population, il y a beaucoup trop de pression sur un si petit espace ». Avec un point d'eau pour tout le camp, on est loin des standards d'accueil minimum à l'école Liberté. Action contre la Faim a d'abord installé un nouveau réservoir de 20.000 litres et se coordonne avec d'autres agences d'aide pour organiser le site et accueillir de nouveaux arrivants.

Dans les deux camps, les besoins en eau et assainissement sont les plus importants. Latrines, drainage des eaux usées et gestion des déchets : ACF se concentre avant tout sur l'organisation du site et les travaux à long terme afin d'éviter l'émergence d'épidémie et offrir des conditions d'hygiène décentes. Pour le moment, il n'est pas question pour les familles, traumatisées, de rentrer chez elles.


Contrainte d'interrompre ses activités pendant 3 jours à cause des tirs à l'arme lourde de jeudi dernier, ACF a pu reprendre ses activités ce dimanche, à la faveur des premières opérations de sécurisation. Si le calme revient peu à peu à Bossangoa, l'insécurité dans l'ensemble du pays et notamment le long des axes routiers pose un nouvel obstacle : l'acheminement du matériel, notamment de forage, de la capitale à Bossangoa.

Voir aussi:

Réseaux Sociaux

Tixup.com est, depuis 2007, une référence du web en Tunisie et dans certains pays francophones. Fort de son succès dans le milieu estudiantin, Tixup.com s'est orienté vers une population jeune d'étudiants et chefs d'entreprises avec l'actualité en Tunisie et de part du monde (France, Belgique, Canada, Maroc, Algérie).
Proposant une panoplie de services et ressources, le portail, tunisien à la base, s'est converti en premier lieu pour toucher le grand maghreb et par la suite, il s'est internationalisé avec des visiteurs et des membres de la France, la Belgique, le Canada et d'autres pays.
Finalement, Tixup.com a su s'imposer pour devenir une référence sur le web et est continuellment en évolution pour proposer de nouveaux services et ressources (vidéos, photos, guide de voyage, petites annonces, etc.)