Un financement pour renforcer l’alimentation en eau potable de Bamako

Agence-Presse // 22 November 2013 

LIENS SPONSORISES
PHOTO DE Un financement pour renforcer l’alimentation en eau potable de Bamako
LIENS SPONSORISES
WASHINGTON, 22 novembre 2013/African Press Organization (APO)/ -- Le Conseil d'administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un crédit de 80 millions de dollars de l'IDA* destiné à renforcer l'alimentation en eau potable de Bamako, et à améliorer l'accès et la qualité du service dans la capitale malienne qui représente plus de 50 % de l'activité de l'hydraulique urbaine au Mali.


« La composante IDA duProjet d'alimentation en eau potable de la ville de Bamako, appeléProjet Kabala découle de la Stratégie intérimaire 2014 -2015 de la Banque mondiale pour le Mali, notamment sur l'axe prioritaire 3 et l'amélioration de la couverture des services d'alimentation en eau. En effet, le projet vise à augmenter la production d'eau de 144 000 m3 par jour, afin de résorber le déficit d'alimentation en eau potable de Bamako estimé à plus de 40% des besoins. Au-delà de l'augmentation de la capacité de production d'eau, le projet vise également à accroître la capacité de stockage, de transfert et de distribution de l'eau et à faciliter l'accès à l'eau potable pour les ménages, grâce à la réalisation de branchements domiciliaires et à la construction de bornes fontaines » , a indiqué le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Mali, Ousmane Diagana.


« Comme résultat, on estime à 610.000 personnes le nombre de bénéficiaires directs de la composante IDA du projet : 390.000 personnes supplémentaires auront accès à l'eau par branchements domiciliaires et bornes fontaines, et 220.000 personnes bénéficiant déjà d'un branchement mais souffrant d'une faible pression de l'eau et d'un service intermittent bénéficieront d'une amélioration de la qualité du service (qui sera assuré 24h/24, 7 jours sur 7) », a expliqué MatarFall, Spécialiste Principal Eau et Assainissement et Chargé du projet à La Banque mondiale.


Onze bailleurs de fonds, dont l'IDA, vont participer au Projet Kabala pour une enveloppe de financement globale de 400 millions de dollars US.


Le taux d'accès à l'eau potable au Mali était estimé en 2012 à 68,5 % de la population (66,3 % dans le milieu rural et 74,6 % dans le milieu urbain, ce taux étant plus faible à Bamako, la capitale). Depuis 2001, des progrès ont été accomplis dans l'amélioration de l'accès, mais l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) − 78 % de la population rurale et 91 % de la population urbaine desservies − demeure un défi important. La population n'ayant pas accès à des sources d'eau appropriées est vulnérable aux maladies transmises par l'eau, et le manque d'entretien et le sous-investissement mettent en péril les acquis sur le plan de la couverture du service, comme en témoigne le nombre élevé de systèmes d'alimentation en eau potable (AEP) en milieu rural qui ne sont pas opérationnels, et la capacité insuffisante de production et de distribution d'eau à Bamako.


Le développement de l'AEP à Bamako est limité depuis 2003 par un sous-investissement qui a créé plusieurs goulots d'étranglement, à savoir : (i) la faible capacité de production, 198.000 m3 par jour pour une demande estimée à 380.000 m3 par jour, soit un déficit de 48 %, (ii) le fait que 80 % de la capacité de production est située sur la rive gauche du fleuve Niger, alors que la moitié de la population vit sur la rive droite, (iii) l'insuffisance de la capacité de transfert entre les deux rives du fleuve, et (iv) la faible capacité de stockage d'eau, en particulier dans les zones hautes de la ville.

Ces goulots d'étranglement influent sur la disponibilité et la qualité du service, comme en témoignent :le développement faible et inégal de l'accès par branchements domiciliaires qui ne profite qu'à seulement 40 % de la population de la ville, etl'insuffisance de la pression dans les réseaux de distribution, qui est à l'origine d'interruptions fréquentes du service, en particulier sur la rive droite où la moitié des abonnés est touchée.

Le projet qui est prévu d'entrer en vigueur le 21 février 2014 au plus tard et devrait êtreachevé le 31 décembre 2018.


* L'Association internationale de développement (IDA), International Development Association, une institution de la Banque mondiale fondée en 1960, est chargée d'aider les pays les plus pauvres du monde en leur accordant des prêts (appelés « crédits ») et des subventions pour la mise en œuvre de projets et de programmes visant à stimuler la croissance économique, à atténuer les inégalités et à améliorer les conditions de vie des populations pauvres. L'IDA est l'un des principaux bailleurs d'aide aux 82 pays les plus déshérités de la planète, dont 40 se trouvent en Afrique. Les ressources de l'IDA apportent un changement positif dans la vie de 2,5 milliards de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour. Depuis 1960, l'IDA a soutenu des activités dans 108 pays. Le volume annuel de ses engagements est en constante augmentation et a représenté en moyenne 15 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l'Afrique.


Voir aussi:

Réseaux Sociaux

Tixup.com est, depuis 2007, une référence du web en Tunisie et dans certains pays francophones. Fort de son succès dans le milieu estudiantin, Tixup.com s'est orienté vers une population jeune d'étudiants et chefs d'entreprises avec l'actualité en Tunisie et de part du monde (France, Belgique, Canada, Maroc, Algérie).
Proposant une panoplie de services et ressources, le portail, tunisien à la base, s'est converti en premier lieu pour toucher le grand maghreb et par la suite, il s'est internationalisé avec des visiteurs et des membres de la France, la Belgique, le Canada et d'autres pays.
Finalement, Tixup.com a su s'imposer pour devenir une référence sur le web et est continuellment en évolution pour proposer de nouveaux services et ressources (vidéos, photos, guide de voyage, petites annonces, etc.)