VERS LA VALIDATION DU PROGRAMME REGIONAL D’APPUI A LA REGULATION DU COMMERCE INFORMEL

Agence-Presse // 21 November 2013 

LIENS SPONSORISES
PHOTO DE VERS LA VALIDATION DU PROGRAMME REGIONAL D’APPUI A LA REGULATION DU COMMERCE INFORMEL
LIENS SPONSORISES
COTONOU, Benin, 21 novembre 2013/African Press Organization (APO)/ -- Les directeurs nationaux du commerce intérieur ainsi que des consultants, experts et personnes-ressources de divers horizons ont entamé ce mercredi 20 novembre 2013 à Cotonou un atelier de deux jours visant à valider le Programme régional d'appui à la régulation du commerce informel dans l'espace CEDEAO (PARCI).


Les participants auront droit à une présentation de la stratégie de régulation du commerce informel dans la région, à une communication sur la logique et les principales étapes d'élaboration du programme, ses objectifs, ses composantes et ses activités, mais aussi sa gestion, sa coordination et son financement.


L'atelier de Cotonou devrait aussi examiner et adopter la feuille de route pour la mise en œuvre du PARCI, qui répond à la volonté de la Commission de la CEDEAO et des Etats membres d'améliorer le commerce intracommunautaire ainsi que sa contribution à l'intégration régionale, à la croissance et au développement.


L'ouverture de la rencontre a été marquée par les allocutions du commissaire de la CEDEAO chargé du Commerce, des Douanes et de la Libre circulation, Ahmed Hamid, et de la ministre du Commerce, de l'Industrie et des Petites et moyennes entreprises du Bénin, représenté par son directeur de cabinet, Adam Ahantchede.


Procédant à un descriptif détaillé du commerce informel, dont il a situé l'importance considérable dans l'économie de la sous-région, M. Hamid a insisté sur les acteurs qui l'animent, ses types d'investissement, le profil de ses ressources humaines, son système financier et les activités qui s'y déploient, tout en soulignant que chaque activité moderne possède son pendant dans le secteur non formel.


On note qu'au cours de cinq dernières années, les échanges commerciaux enregistrés entre les pays de la région n'ont représenté que 10% en moyenne, un taux qui ne reflète cependant pas la réalité étant donné la prépondérance du commerce informel dans la vie économique et sociale des Etats de la CEDEAO.


Le PARCI intervient dans un contexte où l'Afrique de l'Ouest se trouve confrontée à des défis majeurs sur le plan économique malgré les louables efforts des pays de la zone. Le taux de croissance de 6,36% enregistré au cours de la période 2010-2012 est en deçà du minimum de 7% requis pour impulser leur développement, tandis que les échanges commerciaux enregistrés entre ces Etats ne représentent que 10%.


Toutefois, selon plusieurs études, ce taux des échanges intra-régionaux ne reflète pas la réalité vu que le commerce informel, qui échappe à l'enregistrement, constitue une part importante des économies nationales. Ces études montrent aussi que sa contribution varie de 20% à 75% selon les pays.


C'est dans ces conditions et s'inscrivant dans la même logique que les Etats membres dans leur volonté de ne pas diaboliser le commerce informel, mais plutôt d'améliorer la productivité et les revenus dans ce secteur que la Commission de la CEDEAO s'est engagée à appuyer la régulation du commerce informel dans le but de renforcer le processus d'intégration régionale, a expliqué M. Hamid.


A son tour, le directeur de cabinet a insisté sur le caractère ambivalent du commerce informel, considéré à la fois comme un phénomène déstructurant des économies en raison des distorsions à la concurrence qu'il provoque, du non-respect des normes et standards qui le caractérise et des énormes manques à gagner qu'il occasionne aux Etats, mais également comme une soupape de sécurité pour de nombreux marginalisés des régimes économiques en vigueur dans les pays de la région.


M. Ahantchede a souligné la nécessité de mettre en place des programmes à caractère régional qui créent un cadre global cohérent pour réguler le secteur et a salué «la clairvoyance de la Commission de la CEDEAO qui a (ainsi) pris l'initiative de doter notre région d'une boussole pour la régulation du commerce informel dans notre espace communautaire».


Dans un document distribué aux participants à l'atelier, le programme Commerce & Concurrence de la Commission de la CEDEAO note que le PARCI permet d'opérationnaliser la stratégie de rationalisation du commerce informel en Afrique de l'Ouest, stratégie adoptée en mars 2012, qui a établi le diagnostic de cette activité dans la région et proposé les principaux domaines d'intervention dans le secteur.


Le projet de PARCI 1, qui sera soumis à la validation des Etats membres de la CEDEAO avant le démarrage de sa mise en œuvre, a été conçu pour une période de cinq ans. Il se concentre sur quelques priorités stratégiques en vue d'apporter des solutions appropriées aux principaux problèmes identifiés dans le secteur.

Voir aussi:

Réseaux Sociaux

Tixup.com est, depuis 2007, une référence du web en Tunisie et dans certains pays francophones. Fort de son succès dans le milieu estudiantin, Tixup.com s'est orienté vers une population jeune d'étudiants et chefs d'entreprises avec l'actualité en Tunisie et de part du monde (France, Belgique, Canada, Maroc, Algérie).
Proposant une panoplie de services et ressources, le portail, tunisien à la base, s'est converti en premier lieu pour toucher le grand maghreb et par la suite, il s'est internationalisé avec des visiteurs et des membres de la France, la Belgique, le Canada et d'autres pays.
Finalement, Tixup.com a su s'imposer pour devenir une référence sur le web et est continuellment en évolution pour proposer de nouveaux services et ressources (vidéos, photos, guide de voyage, petites annonces, etc.)