France – Afrique – Assemblée Générale des Nations Unies : Discours de Monsieur François Hollande, Président de la République française (Extrait)

NEW YORK, 24 septembre 2013/African Press Organization (APO)/ — Discours de Monsieur François Hollande, Président de la République française (Extrait)

(New York, le 24 septembre 2013)

(…)

Le Moyen Orient n’est pas la seule région qui nous préoccupe. L’Afrique est la proie du terrorisme. L’attaque barbare de Nairobi nous le confirme une fois encore, et tragiquement.

Des victoires sont possibles contre le terrorisme. Ainsi au Mali, avec un mandat clair du Conseil de sécurité, les forces africaines, françaises, avec l’appui des Européens, sont intervenues à l’appel des autorités de Bamako, et ont réussi à mettre un terme à une offensive terroriste de grande envergure. Aujourd’hui les résultats sont là. Le Mali a retrouvé l’intégrité de son territoire, a assuré la sécurité de la population et a pu même organiser à la date prévue une élection présidentielle qui a été reconnue comme incontestable. Je veux saluer ici le nouveau Président du Mali, Ibrahim Boubacar KEITA, qui témoigne d’une grande victoire de l’Afrique de l’Ouest contre le terrorisme.

Mais la menace continue de peser dans le Sahel, mais également en Libye où les armes circulent, où des groupes terroristes ont trouvé refuge. Là encore, nous devons aider les autorités de la Libye à assurer la sécurité de leur territoire et de leur population. La France y est prête.

Je veux lancer maintenant un cri d’alerte, comme je l’avais fait l’année dernière sur le Mali. L’alerte concerne la Centrafrique, petit pays ravagé depuis trop d’années par des coups d’Etats et des conflits. Aujourd’hui, c’est le chaos qui s’est installé. Les populations civiles une fois encore en sont les victimes. Nous devons mettre un terme à ces exactions qui prennent d’ailleurs aussi une forme confessionnelle. C’est pourquoi je souhaite que le Conseil de sécurité donne mandat et accorde des moyens logistiques et financiers à une force africaine dont la première mission serait de rétablir la stabilité en Centrafrique.

En République démocratique du Congo, des femmes, des enfants sont violentés chaque jour dans les Kivus. Là encore, il est impératif que nous continuions à renforcer la MONUSCO, à appliquer l’accord d’Addis Abeba, et à refuser toutes les ingérences extérieures.

Nous devons tirer les expériences de ces dernières années.

Partout où le désordre règne, le terrorisme s’installe et prend de l’ampleur. C’est le cas en Somalie. L’attaque contre le Kenya nous rappelle que les groupes Shebabs, même s’ils ont été vaincus, n’ont pas encore été éradiqués.

C’est pourquoi la communauté internationale doit aider les Etats africains à se protéger.

La France organisera à la fin de l’année une réunion pour la paix et la sécurité en Afrique. Elle y a invité tous les pays africains. L’Europe sera représentée. L’ONU également. Il s’agit de permettre l’encadrement, la formation, l’équipement des armées africaines pour assurer elle-même la sécurité du continent, lutter contre tous les trafics, notamment de drogue et contre la piraterie. Les Africains doivent assurer eux-mêmes leur sécurité. Mais nous ne pouvons pas les laisser seuls face aux risques terroristes.

(…)

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire