ZIMBABWE: LA FAIM MENACE ALORS QUE LE PAYS FAIT FACE A DES NIVEAUX TRES ELEVES D’INSECURITE ALIMENTAIRE

NEW YORK, 3 septembre 2013/African Press Organization (APO)/ — La faim s’aggrave au Zimbabwe, où, selon les estimations, 2,2 millions de personnes- soit une personne sur quatre dans les zones rurales- auront besoin d’une assistance alimentaire début 2014 pendant la période qui précède les récoltes. Ce chiffre est le plus élevé enregistré dans le pays depuis le début de l’année 2009 où plus de la moitié de la population avait besoin de soutien alimentaire.

Cette hausse a été révélée dans un récent rapport du Comité d’évaluation de la vulnérabilité au Zimbabwe (ZimVAC) qui analyse les niveaux nationaux de sécurité alimentaire et identifie les zones affectées. Cette étude a été menée par le gouvernement avec le soutien des Nations Unies et d’autres partenaires.

«Plusieurs départements, notamment dans le sud du pays, ont très peu récolté et les populations essayent déjà d’étirer au maximum leurs faibles stocks alimentaires,» a déclaré Sory Ouane, Directeur du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) au Zimbabwe. «Le PAM travaille étroitement avec le gouvernement et ses partenaires pour répondre à la crise alimentaire qui menace le pays et entamera des distributions alimentaires ainsi que des distributions d’argent auprès des plus démunis dès le mois d’octobre.»

Afin de répondre à l’accroissement des besoins, le PAM et ses partenaires distribueront des rations de céréales achetées localement ainsi que des rations d’huile végétale et de légumineuses importées. Les transferts monétaires seront utilisés dans certaines zones afin d’accorder aux populations une certaine flexibilité et aussi pour soutenir les marchés locaux. Les distributions seront progressivement renforcées d’octobre jusqu’à la période des récoltes au mois de mars l’année prochaine.

Ces niveaux élevés d’insécurité alimentaire peuvent être attribués à plusieurs facteurs: de mauvaises conditions climatiques, l’indisponibilité ou les prix prohibitifs des entrants agricoles tels les engrais et les semences et les prévisions des prix des céréales très élevées en raison de la mauvaise récolte de maïs. Selon l’évaluation du PAM sur les marchés ruraux, le prix du grain est 15 pourcent plus élevé qu’à la même période l’an dernier.

En 2012, pour la première fois, le gouvernement du Zimbabwe a fourni des stocks alimentaires nationaux, d’une valeur de 10 millions de dollars, pour une opération de secours conjointe menée avec le PAM et ses partenaires. Ce programme a permis de fournir une assistance alimentaire à environ 1,4 million de personnes dans 37 départements ruraux.

Afin d’aider les populations à mieux résister aux sécheresses et aux chocs futurs, le PAM a mis en place, depuis juin dernier, un programme de «Vivres/Argent pour la création d’avoirs» dans les zones rurales au Zimbabwe. Dans le cadre de ce programme, les communautés vulnérables reçoivent des vivres ou de l’argent contre leur participation aux projets communautaires comme ceux destinés à construire des systèmes d’irrigation communautaires et des puits.

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire