IFC nomme Jean-Philippe Prosper au poste de vice-président pour l’Afrique subsaharienne, l’Amérique latine et les Caraïbes

WASHINGTON, 27 février 2013/African Press Organization (APO)/ — La Société Financière Internationale (IFC), institution membre du Groupe de la Banque mondiale, a annoncé aujourd’hui la nomination de Jean-Philippe Prosper au poste de vice-président pour l’Afrique subsaharienne, l’Amérique latine et les Caraïbes. Il sera basé à Johannesburg après une brève période de transition.

Dans l’exercice de ses nouvelles fonctions, M. Prosper supervisera les opérations d’investissement et de services-conseil d’IFC dans 79 pays répartis sur deux régions, où IFC dispose d’un portefeuille d’investissements de 17 milliards de dollars et de programmes de services-conseil d’un montant de 286 millions de dollars.

« Nos activités en Amérique latine et dans les Caraïbes et en Afrique subsaharienne sont essentielles aux opérations d’IFC dans le monde et nous nous appuierons sur le succès de nos efforts dans ces régions pour renforcer notre impact sur l’élimination de la pauvreté par le biais du développement du secteur privé », a dit Jean-Philippe Prosper.

« Notre priorité en Amérique latine et dans les Caraïbes est de promouvoir la croissance économique inclusive, l’intégration régionale, l’innovation afin d’améliorer la compétitivité et les projets qui atténuent les effets de changements climatiques », a ajouté M. Prosper. La région Amérique latine et Caraïbes représente la plus grande part des engagements d’IFC à l’échelle mondiale, à savoir 24 % durant l’exercice 2012 (5 milliards de dollars de financements à l’appui de 134 nouveaux projets dans le secteur privé). À la fin du dernier exercice budgétaire, IFC avait réalisé 79 projets d’un montant de 82 millions de dollars dans le cadre de ses services-conseil. IFC poursuit ses activités en Amérique latine et dans les Caraïbes à partir de 16 bureaux.

« En Afrique, IFC est un investisseur régional majeur. Nous continuerons de développer nos opérations d’investissement et nos services-conseil, en particulier dans les États fragiles et les pays touchés par un conflit et dans le cadre de projets régionaux et nationaux à même de transformer positivement le processus de développement en Afrique », a poursuivi M.

Prosper. Au cours de l’exercice 2012, les investissements d’IFC ont augmenté de 44 % pour atteindre 4 milliards de dollars et d’importantes avancées ont été réalisées dans des secteurs prioritaires tels que l’infrastructure et l’agroalimentaire. La quasi-totalité des 123 programmes de services-conseil d’IFC en Afrique subsaharienne — d’un montant de 204 millions de dollars — a été mise en œuvre dans les pays les plus pauvres de la région et plus du quart dans les pays fragiles et touchés par un conflit. IFC déploie ses activités en Afrique subsaharienne à partir de 21 bureaux.

Avant sa nomination au poste de vice-président, M. Prosper était directeur d’IFC pour l’Amérique latine et les Caraïbes. De juillet 2008 à août 2012, il a occupé les fonctions de directeur pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe et de codirecteur du département Afrique. Durant son mandat au département Afrique, les investissements d’IFC sont passés de 140 millions de dollars durant l’exercice 2003 à 4 milliards de dollars au cours de l’exercice 2012.

À la Société financière internationale, Jean-Philippe Prosper s’est distingué par sa capacité à diriger. Le Groupe de la Banque mondiale lui a d’ailleurs décerné deux de ses plus prestigieuses récompenses : le prix récompensant les personnes qui ont contribué à promouvoir la diversité et l’inclusion en 2010 et le prix du meilleur chef de service en 2011.

Avant d’entrer à IFC, M. Prosper a occupé les fonctions de coordinateur régional pour le Mexique, les pays andins, l’Amérique centrale et le Panama à la Société interaméricaine d’investissement de la Banque interaméricaine de développement. De 1986 à 1990, il a travaillé en Haïti pour SOFIHDES, une société privée de financement du développement, où il fut promu au poste de directeur général. Durant cette période, M. Prosper a également enseigné les mathématiques, les statistiques, la finance de la gestion et le financement des entreprises à l’Université d’ Etat d’Haïti. Au début des années 80, il a travaillé comme conseiller auprès du ministre chargé de questions financières, économiques et industrielles en Haïti.

Jean-Philippe Prosper est titulaire d’un diplôme en mathématiques et génie civil ainsi que d’une maîtrise en gestion des affaires. De nationalité haïtienne, il parle couramment le créole, l’anglais, le français, le portugais et l’espagnol et possède une connaissance pratique du swahili.

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire