Hommage au défenseur des droits humains au Directeur Exécutif du centre VIVRE/CAPREC Sénégal, décédé le 22 novembre 2012

PARIS, France, 26 novembre 2012/African Press Organization (APO)/ — LE BISTOURI D’OR DU DOCTEUR BAMBA S’EST BRISE http://www.fidh.org/Hommage-au-defenseur-des-droits-12497

Un homme multidimensionnel comme l’aurait nommé Herbert Marcuse vient de nous quitter. Il livrait avec courage et dignité un combat épique contre une maladie traîtresse qui avait fait une immixtion impromptue dans sa vie en brisant son bistouri d’or.

Ce bistouri, il l’a tenu, sa vie durant, d’une main experte qui a su traquer les maux et les douleurs de ses patients. Elle avait la baraka.

Ce bistouri, il l’a utilisé avec sa grande compétence de chirurgien et surtout avec une rare conscience professionnelle partout au Sénégal notamment à l’hôpital Régional de Thiès, en son cabinet médical sis au Grand Standing et à la clinique La Sagesse.

Il ne trouvait le sommeil après une éprouvante opération du matin qu’après avoir effectué une visite furtive tard dans la nuit à la clinique pour s’assurer que l’état de santé postopératoire de son patient était satisfaisant.

Il répandait chaque fois autour de lui une jovialité contagieuse lorsqu’il réussissait à arracher ses patients des griffes de la mort ou lorsqu’il parvenait à soulager la souffrance de l’un d’entre eux.

C’est cette quête permanente de victoire sur le Mal – et non l’argent – qui constituait la source profonde de sa motivation pour le travail et de son ardeur à la tâche.

Cette conduite exemplaire dans l’exercice de son noble mais difficile métier de chirurgien lui a valu la reconnaissance méritée de ses confrères qui l’ont élu brillamment à la Présidence du prestigieux Ordre des Médecins du Sénégal. Il en a tiré une légitime fierté car, me disait-il, le respect et la considération de ses collègues était sa plus belle récompense.

Bamba Diop était également un militant infatigable des droits de l’homme qui fut le Président fondateur en 1996 de la ligue Régionale de Thiès de l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme (ONDH).

Ensemble nous avions initié le Programme civisme démocratique dont l’objectif visait à réveiller la conscience démocratique des citoyens seuls titulaires de la souveraineté populaire.

Ensemble nous avons conçu le module Droit de l’Homme à la Case pour favoriser une large promotion des principes philosophiques, moraux et juridiques de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 auprès des populations des villes et des villages.

Ensemble nous avons crée avec le professeur Mabassa Fall le Centre Africain Pour la Prévention des Conflits (CAPREC) et son Centre de soins VIVRE qu’il a dirigé avec sérieux et disponibilité plus d’une décennie en tant que Directeur Exécutif et Médical.

Il a ouvert les portes du Centre aux réfugiés, aux victimes de tortures et de viols en provenance de 26 pays africains dont l’Ethiopie, le Congo, la Mauritanie, le Centrafrique, le Libéria, la Sierra Léone, la Guinée, la RDC, le Rwanda…Il leur a prodigué, avec une équipe compétente de médecins, d’assistants sociaux et de bénévoles, des soins appropriés, une assistance médicale, psychologique et sociale. Il a soutenu les dossiers des cas les plus graves auprès du HCR qui a facilité le départ de quelques uns d’entre – eux en Europe (Norvège, Suisse, France…)

Bamba Diop, ne l’oublions pas, était un grand sportif qui a défendu l’éthique dans le sport partout. Il avait été choisi comme médecin de l’équipe nationale pendant les heures de gloire de celle-ci. Il avait tissé de solides relations avec les joueurs, l’encadrement et les supporters de l’équipe nationale du Sénégal.

Il fut un ardent syndicaliste au sein du Sutsas où il a défendu avec vigueur les intérêts moraux et matériels de tous les travailleurs de la santé sans distinction. Le syndicat avait avec lui obtenu de substantiels progrès dans l’amélioration des conditions de travail et de rémunération des travailleurs.

Porté en 2000 à la Présidence du Conseil d’Administration (PCA) de la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement (PNA), il a su mettre au point une stratégie adaptée et opérationnelle d’approvisionnement de tout le territoire national en médicaments en quantité suffisante et nécessaire. Son leadership a été apprécié par le personnel et la direction. Et grâce à leur soutien il a développé la structure et multiplié en deux son chiffre d’affaires initial.

Au demeurant, Bamba Diop a su allier durant sa brève mais riche et exaltante carrière, l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité chères à Max Weber. En effet, il s’est toujours efforcé, souvent avec succès, de réconcilier sa praxis avec les valeurs d’intégrité, de partage et d’honnêteté dont il a toujours fait la promotion.

Dans les moments de bonheur et d’épreuves l’assistance complice et la tendre affection de son épouse, Ndèye Clotilde Fall, qu’il appelait sa « vaillante camarade », ne lui ont jamais fait défaut. C’est la clé de son succès dans la vie.

Le souvenir de sa longue et élégante silhouette portée par une fière allure et soutenue par une démarche énergique hantera toujours l’esprit de ceux et celles qui l’ont aimé et bénéficié de son exquise urbanité érigée en art de vivre.

Bamba Diop fut, selon le témoignage émouvant de sa vénérable mère, un fils digne et généreux. Il fut un mari fidèle et attentionné qui laisse derrière lui une veuve inconsolable avec des enfants dévastés par la douleur et regrettant profondément un bon père qui n’a jamais ménagé ses efforts pour leur assurer un avenir meilleur. Ses frères et sœurs pleurent un frère serviable et disponible.

Bamba Diop était un éternel optimiste qui avait la foi ferme en l’avenir dont il voulait élargir le champ du possible à travers les multiples projets qu’il échafaudait chaque jour dans son esprit et qu’il exposait toujours avec le même enthousiasme à ses interlocuteurs.

Avec fracas, le destin en a décidé autrement ce Jeudi 22 Novembre 2012 où la nouvelle de sa brutale disparition s’est répandue sur les ondes et sur la toile. Il allonge ce jour la courte liste des hommes et des femmes ordinaires qui ont accompli avec l’allégresse de la conviction des actions extraordinaires.

Bamba le Magnifique, rassure-toi. Tous ceux et celles qui t’ont connu et aimé ne t’oublieront jamais. Ils t’associeront toujours à leurs prières quotidiennes.

Dors en paix dans la quiétude infinie du Juste au Paradis. Avec la Miséricorde du Tout- Puissant.

Maître Sidiki Kaba

Président du CAPREC

Président d’honneur de la FIDH

Remerciements

Maître Sidiki KABA,

Président du CAPREC (Centre Africain pour la Prévention des Conflits) Président d’honneur de la FIDH

Et l’ensemble du personnel du centre CAPREC/VIVRE remercient tous ceux qui ont compati de près ou de loin à leur douleur lors du rappel à Dieu de leur regretté Directeur Exécutif et Médical :

Docteur Bamba Diop survenu à Thiès le 22 novembre 2012.

Que tous ceux qui l’ont connu et aimé aient une pensée pieuse pour lui.

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire