PASTORALE DE LA RUE EN AFRIQUE

VATICAN, Saint-Siège, 13 novembre 2012/African Press Organization (APO)/ — Aujourd’hui a été diffusé le document final de la première Rencontre intégrée sur la pastorale de la route/rue pour l’Afrique et Madagascar, organisée à Dar-es-Salaam (Tanzanie 11 – 15 septembre) par le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et la Conférence épiscopale tanzanienne. Y ont pris part évêques, prêtres, religieuses, religieux et agents pastoraux laïcs provenant de 31 pays: l’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la République Démocratique du Congo, Djibouti, l’Egypte, l’Ethiopie, le Gabon, le Ghana, la Guinée-Conakry, la Côte d’Ivoire, le Kenya, Madagascar, le Malawi, le Maroc, le Mozambique, la Namibie, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, la Sierra Leone, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, le Togo, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe. Le thème choisi se réfère à l’épisode biblique des disciples d’Emmaüs: “Jésus en personne s’approcha, et il fit route avec eux”. Toutes les interventions ont abordé des sujets concernant la vie des routiers de longue distance, la sécurité routière, le phénomène de la prostitution volontaire ou forcée, la traite des personnes aux fins d’exploitation sexuelle, et la question des enfants de la rue. Les travaux ont également pris en considération la complexité et les défis découlant d’une conduite correcte des chauffeurs, des droits humains en particulier par rapport à la dignité des femmes, des jeunes filles et des enfants, leur libération et leur réintégration dans les unités familiales”.

Au nombre des conclusions de la Rencontre de Dar-es-Salaam, il faut reconnaître que l’Afrique est un continent où des millions de personnes, volontairement ou pas, sont quotidiennement en déplacement, transformant ainsi routes et rues en un lieu privilégié d’évangélisation et d’éducation… Si la route et la rue en Afrique et à Madagascar, facilitent la vie quotidienne, les communications humaines et interculturelles, elles constituent de graves dangers pour la vie, facilitent l’exploitation des êtres humains et contribuent à la diffusion de maladies telles que le SIDA, qui sont souvent la conséquence d’horaires de travail trop prolongés, de manque de repos, de manque de conseils spirituels, de la corruption et de la criminalité organisée”. C’est pourquoi les participants, “considèrent-ils urgente la création d’un service spécial au niveau des conférences épiscopales, des diocèses et des centres, affecté aux programmes d’éducation et de formation, pour promouvoir la prise de conscience sur la réalité complexe des femmes/jeunes filles de la route/rue et des enfants de la route/rue, des routiers et de la sécurité routière, et sur les pratiques qui sapent la dignité humaine et mettent en danger la vie sur les routes et dans les rues”. Ils proposent que les conférences épiscopales et les diocèses mettent “l’accent sur l’inculturation de l’Evangile comme priorité dans tous les programmes pastoraux diocésains en vue de libérer les personnes des pratiques néfastes qui discriminent et sapent la dignité des femmes, des jeunes filles et des enfants”. Il faut “faire pression sur les gouvernements africains pour que la loi et l’ordre soient appliqués pour la protection de la dignité et de la vie des femmes, des jeunes filles et des enfants innocents, qui sont à risque” sur le continent africain. C’est pourquoi il convient “d’établir une collaboration avec les conférences épiscopales et les comités d’autres continents en vue d’organiser des efforts coordonnés dans la prévention de la traite des femmes, des jeunes filles et des enfants en vue de leur exploitation sexuelle et dans le travail. Il s’agit aussi développer des réseaux dans le but d’assister les victimes à travers une collaboration ecclésiale, œcuménique et inter-religieuse aux niveaux national, régional et continental”. D’où l’importance de “former des aumôniers et des ministres laïcs itinérants avec la préparation adéquate et les compétences nécessaires pour assister les personnes sur la route”.

Auteur de l’article : Agence-Presse

Laisser un commentaire