Instagram et Airbnb : deux catastrophes pour le tourisme

Depuis quelques années maintenant, aussi bien Instagram qu’Airbnb ont une part de responsabilité dans le tourisme de masse.

En effet, actuellement, lorsqu’un proche rentre de vacances, il soulignera qu’il se sentait un touriste comme tant d’autres. Si les vacances étaient différentes il y a plusieurs années, les choses ont évolué, notamment grâce aux technologies, permettant de voyager à moindre coût.

Dans les faits, voyager est devenu un loisir très partagé sur les réseaux sociaux. D’autant que le tourisme international a connu une augmentation de 7 % de janvier à mars 2018. Comparé à la même période en 2017. Cependant, cette augmentation n’est plus réellement une bonne nouvelle pour les lieux choisis ; au contraire même. En effet, les touristes sont accusés de dégrader les villes, comme l’explique le directeur de Responsible Travel, Justin Francis ; «Le niveau de tourisme dégrade le plaisir des résidents mais aussi l’expérience des touristes, parce que le touriste qui fait en permanence la queue derrière les sacs à dos de centaines d’autres touristes ne découvre pas la réalité et l’authenticité du lieu».

Instagram et Airbnb, les catastrophes touristiques

Impossible désormais de parler de tourisme de masse sans évoquer Instagram. Pour Justin Francis, Instagram est d’ailleurs un grand facteur du phénomène. Désormais, le tourisme est «alimenté par la photographie et les réseaux sociaux pour se construire une marque personnelle. Dans un sens, pour beaucoup, les photos de voyages deviennent plus importantes que l’expérience en elle-même». Airbnb est également en cause. Et il est question de réguler la plateforme. Aux Pays-Bas, les autorités veulent limiter le nombre de nuits de 60 à 30, tandis que Londres et Barcelone ont également mis en place des régulations. Le principal problème d’Airbnb provient des personnes qui achètent des appartements pour les louer sur la plateforme.

Auteur de l’article : Chris